Grandeur et fatuité

juin 8, 2015 dans Actualité par E&R Aquitaine

Pour contrer le diable donné, la lacrymale lie crasseuse a sorti un triste cire pompes à fric, sa larme fatus, le farfatus qui raconte des fa(tus)riboles, entre deux fatudiques fatulences.

Pierre Fatus BordeauxEt comme chez Dostoïevski, c’est une histoire de fric et fâtiments, pour faire oublier le numéro fatidique du fât Fatus, avec Alain Soral1, mais ça, encore eut-il fatus que la lie crasseuse le sût.

Comme le fat Fatus fit fi des conseils de son ancien ami, il est à craindre que ce ne soit qu’un feu de Fatus de paille, et que l’on jette le Fatus avec l’eau du bain.

Car ses blagues sont à l’humour, ce qu’un Fatus interruptus est à l’amour. Nul ne risque de faire un Fatus du myocarde d’avoir trop ri.

Tout le monde ne peut pas être un Fatus dei.

Et si le Fatus avait lu, alors le phallus se serait tu.

Car le Fatus va ravaler sa bile2.

—–

2 Contrepèterie